Menu

Catalogue : Théâtre

Petite Trilogie de la mort Maurice Maeterlinck

Dans la salle d’un vieux château, un vieillard aveugle, entouré de sa famille, devine à des signes imperceptibles l’approche de la mort qui va frapper sa fille. Isolé par sa cécité, l’aïeul a gardé intacte son intuition. Il est le seul à pouvoir interpréter le bruissement des arbres, le silence des oiseaux et des cygnes, l’entrée du froid dans la salle. Plongé dans les ténèbres,
il communique avec l’inconnu.

L’Intruse, drame en un acte publié en 1890, forme, avecLes Aveugles et Les Sept Princesses (1891), la première partie de ce que Maeterlinck appelait sa « petite trilogie de la mort ». On trouvera ici la première édition critique de cet ensemble qui fit date dans l’histoire théâtrale.

Voir la fiche du livre

La Princesse Maleine Maurice Maeterlinck

La guerre sépare la princesse Maleine du prince Hjalmar le jour de leurs fiançailles. Enfermée dans une tour, la princesse s’échappe et rejoint le prince, au grand dam de la reine Anne. Les mauvais présages s’accumulent dans une Hollande imaginaire.

Voir la fiche du livre

Pelléas et Mélisande Maurice Maeterlinck

Le Prince Golaud recueille à l’orée d’un bois une jeune fille dont il va faire son épouse. Mais c’est du frère de Golaud, Pelléas, que Mélisande tombe amoureuse, et le destin fatal qui pèse sur les personnages de cette pièce de théâtre les mènera inévitablement à la désolation.

Voir la fiche du livre

Nous Deux / Da solo Nicole Malinconi

Voir la fiche du livre

Les Flaireurs / Pan Charles van Lerberghe

Dans Les Flaireurs, van Lerberghe évoque l’irruption de la mort dans l’univers clos d’une mère et de sa fille ; dans Pan, l’arrivée intempestive d’un dieu païen bouleversant la routine d’un petit village. Ces deux pièces, l’une tragique, la seconde satirique, donnent la mesure du talent d’un dramaturge reconnu par ses contemporains, mais trop souvent omis de l’histoire des lettres belges.

Voir la fiche du livre

Bruxelles, printemps noir / Scandaleuses / 1953 Jean-Marie Piemme

Conçues à des moments et dans des contextes bien différents, les trois pièces ici rassemblées témoignent du parcours théâtral de Jean-Marie Piemme, de son évolution et de la diversité de son travail. Bruxelles, printemps noir, pièce prophétique réécrite à la lumière des événements de 2016, côtoie ici les textes de Scandaleuses et de 1953, réflexions portant respectivement sur la théâtralité de nos vies et le devoir de mémoire.

Voir la fiche du livre
Pantagleize

Pantagleize Michel de Ghelderode

Pantagleize, philosophe de profession, se questionne sur sa vie. Il consulte un horoscope et celui-ci lui prédit que son destin débutera à l’aube de ses quarante ans pour cesser le soir même. C’est aujourd’hui qu’il fête ses quarante ans. Alors, qu’adviendra-t-il de ce Pantagleize ? Un grand classique de Ghelderode.

Voir la fiche du livre
Jocaste

Jocaste / Claire Lacombe / Berty Albrecht Michèle Fabien

Jocaste, Claire Lacombe et Berty Albrecht ont quelque chose en commun : toutes trois sont des femmes passées sous silence. Avec ces trois pièces, Michèle Fabien interroge la place de la femme d’hier, d’aujourd’hui et de demain. L’oeuvre offre une réflexion sur le statut actuel de la femme dans nos sociétés, ses évolutions et les combats qu’il lui reste à mener.

Voir la fiche du livre
Le Soleil se couche

Le Soleil se couche / L’École des bouffons Michel de Ghelderode

Ce véritable diptyque testamentaire nous offre les deux dernières oeuvres théâtrales de Michel de Ghelderode. Les deux pièces nous emmènent dans la mémoire mythique du XVIe siècle, en évoquant aussi bien Philippe II que Charles Quint et tournent autour de la disparition et des funérailles de personnages.

Voir la fiche du livre
Histoire du théâtre belge

Une histoire du théâtre belge de langue française Paul Aron

Formidable synthèse de l’histoire du spectacle vivant en Belgique publiée en 1995, cet essai retrace en quatre chapitres près de deux siècles d’activités. Paul Aron s’attache principalement aux ruptures qui ont fait date et pointe les événements marquants, les grandes initiatives de tous ceux qui ont contribué à cette histoire du théâtre belge.

Voir la fiche du livre
La Mort du docteur Faust

La Mort du docteur Faust / Fastes d’enfer Michel de Ghelderode

La Mort du docteur Faust (1925) remet en scène, pour mieux le démystifier, le célèbre héros de Goethe qui vendit son âme au diable. Illustrant la double identité de l’acteur à la scène et à la vie, cette tragi-comédie porte à son comble l’illusion théâtrale. Suit Fastes d’enfer, satire d’un certain cléricalisme qui pose un regard sur la mort et ses masques.

Voir la fiche du livre
Don Juan

Don Juan Michel de Ghelderode

Un soir, un homme déguisé en don Juan s’égare, à sa sortie d’un bal, dans un bar du nom de Babylone. Le lieu est rempli de femmes et de clients en tout genre et tous n’ont d’yeux que pour Olympia, véritable incarnation de la beauté. Don Juan est décidé à faire revivre la légende de son costume et séduit la belle. Mais le charme se rompt lorsque tombent les masques.

Voir la fiche du livre
Escurial/Barabbas

Escurial / Barabbas Michel de Ghelderode

Le roi d’Escurial ne supporte pas d’entendre ses chiens hurler à la mort, tandis que sa femme agonise. Il demande à son fou de le faire rire, mais Folial ne peut que pleurer la reine, qu’il aime. Roi et fou vont échanger leurs rôles. Barabbas, révolté, ne renie pas ses méfaits. Il prend la tête d’une émeute populaire, au nom de celui qu’on a crucifié à sa place.

Voir la fiche du livre

Trois petits drames pour marionnettes Maurice Maeterlinck

Un vieillard et un étranger observent à distance le bonheur d’une famille et tardent à leur annoncer la mauvaise nouvelle dont ils sont porteurs. Alladine et Palomides tombent amoureux, enfermés dans les souterrains d’un château. Ygraine se révolte et tente de soustraire le petit Tintagiles à l’emprise d’une reine invisible.

Voir la fiche du livre
Le Mariage de Mlle Beulemans

Le Mariage de Mlle Beulemans Frantz Fonson, Fernand Wicheler

Le jeune parisien Albert Delpierre aime Suzanne, la fille d’un brasseur bruxellois. Mais les obstacles se multiplient: Suzanne est déjà fiancée à Séraphin Meulemeester. Beulemans, exaspéré par les manières délicates et le «beau» français du nouveau prétendant, proclame qu’il «n’aime pas ce garçon» et voit petit à petit grandir sa mauvaise humeur.

Voir la fiche du livre