Menu

Catalogue : Symbolisme

Petite Trilogie de la mort Maurice Maeterlinck

Dans la salle d’un vieux château, un vieillard aveugle, entouré de sa famille, devine à des signes imperceptibles l’approche de la mort qui va frapper sa fille. Isolé par sa cécité, l’aïeul a gardé intacte son intuition. Il est le seul à pouvoir interpréter le bruissement des arbres, le silence des oiseaux et des cygnes, l’entrée du froid dans la salle. Plongé dans les ténèbres,
il communique avec l’inconnu.

L’Intruse, drame en un acte publié en 1890, forme, avecLes Aveugles et Les Sept Princesses (1891), la première partie de ce que Maeterlinck appelait sa « petite trilogie de la mort ». On trouvera ici la première édition critique de cet ensemble qui fit date dans l’histoire théâtrale.

Voir la fiche du livre

La Princesse Maleine Maurice Maeterlinck

La guerre sépare la princesse Maleine du prince Hjalmar le jour de leurs fiançailles. Enfermée dans une tour, la princesse s’échappe et rejoint le prince, au grand dam de la reine Anne. Les mauvais présages s’accumulent dans une Hollande imaginaire.

Voir la fiche du livre

Pelléas et Mélisande Maurice Maeterlinck

Le Prince Golaud recueille à l’orée d’un bois une jeune fille dont il va faire son épouse. Mais c’est du frère de Golaud, Pelléas, que Mélisande tombe amoureuse, et le destin fatal qui pèse sur les personnages de cette pièce de théâtre les mènera inévitablement à la désolation.

Voir la fiche du livre

Les Flaireurs / Pan Charles van Lerberghe

Dans Les Flaireurs, van Lerberghe évoque l’irruption de la mort dans l’univers clos d’une mère et de sa fille ; dans Pan, l’arrivée intempestive d’un dieu païen bouleversant la routine d’un petit village. Ces deux pièces, l’une tragique, la seconde satirique, donnent la mesure du talent d’un dramaturge reconnu par ses contemporains, mais trop souvent omis de l’histoire des lettres belges.

Voir la fiche du livre
Bruges-la-Morte

Bruges-la-Morte Georges Rodenbach

Dans ce livre culte, Rodenbach nous dépeint une Bruges pratiquement fantomatique. Hugues Viane, grand solitaire, regrette une femme qu’il a profondément aimée, maintenant décédée, et qu’il croit pourtant avoir retrouvée au détour d’un canal. Dans ce récit intemporel, la vie se confondrait presque avec la mort tant le deuil semble imprégner la ville comme ses habitants.

Voir la fiche du livre
Les Villages illusoires

Les Villages illusoires Émile Verhaeren

D’inspiration très flamande, ce recueil de poésie renferme certains des poèmes les plus célèbres du symbolisme belge. Dépeignant la déchéance des campagnes pendant l’industrialisation, ils marquent aussi, par le portrait qu’ils dressent d’une société en mutation, une véritable foi dans le progrès. Tournée vers l’avenir, l’oeuvre marque un moment charnière de la poésie belge.

Voir la fiche du livre

Trois petits drames pour marionnettes Maurice Maeterlinck

Un vieillard et un étranger observent à distance le bonheur d’une famille et tardent à leur annoncer la mauvaise nouvelle dont ils sont porteurs. Alladine et Palomides tombent amoureux, enfermés dans les souterrains d’un château. Ygraine se révolte et tente de soustraire le petit Tintagiles à l’emprise d’une reine invisible.

Voir la fiche du livre
L'Oiseau bleu

L’Oiseau bleu Maurice Maeterlinck

Tyltyl et Mytyl s’éveillent au seuil d’un grand voyage… Bérylune, petite fée bossue, les envoie quérir l’Oiseau bleu, le seul être capable d’enrayer le mal qui ronge sa fille. Ils s’en vont arpenter d’autres mondes, apparemment magiques, qui s’avéreront étrangement familiers.

Voir la fiche du livre